top of page

Le fascia et le nerf vague

Un article de Dr. Arielle Schwartz

Traduction depuis l'anglais | Yael Eyholzer Kerpel


Guérir de l'intérieur

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec un nœud douloureux dans le cou ? Que s'est-il passé ? Avez-vous dormi dans une drôle de position ou est-ce le rêve fou qui vous a fait vous retourner ? Peut-être était-ce dû à la réunion de travail stressante que vous avez eue la veille ou parce que vous vous sentez inquiet à propos de quelque chose à venir. Bien que cela puisse paraître étrange, votre cou tendu pourrait même être lié à ce que vous avez mangé la veille ou à un événement qui s'est produit il y a de nombreuses années.

Intuitivement, nous savons tous que le stress se manifeste dans notre corps par des tensions musculaires. Mais lorsque nous examinons de plus près le lien entre le corps et l'esprit, nous constatons que le fascia joue un rôle clé dans la manière dont nous vivons physiquement le stress et dont nous guérissons des événements traumatisants. De plus, comme le nerf vague joue un rôle important dans la communication des changements du fascia au cerveau, nous explorons comment la prise en compte du tonus vagal aide à la guérison.

Le fascia joue également un rôle clé dans votre résilience. Vous pouvez nourrir le fascia et le nerf vague en étant attentif à votre corps et à votre esprit par le biais de la conscience sensorielle, de la respiration consciente et du mouvement conscient. Ces outils vous aident à récupérer plus rapidement des expériences stressantes et à guérir des événements traumatisants de votre passé.

 

Comprendre le fascia

Le fascia, également connu sous le nom de tissu conjonctif, est un réseau fibreux qui s'étend à toutes les structures et à tous les systèmes de votre corps. Il existe de nombreux types de fascias, notamment des couches superficielles situées juste sous la peau et des couches plus profondes qui s'enroulent autour des os et des muscles. Les fascias forment une couche nourrissante et lubrifiante autour des poumons, qui s'entrelace avec le péricarde, la couche de fascias qui entoure le cœur. Vous trouverez également du tissu conjonctif autour de tous vos organes digestifs. L'une des principales fonctions d'un fascia sain est de permettre aux tissus environnants de glisser les uns sur les autres.

 

Le fascia se trouve également dans chacune de vos glandes endocrines, à tel point que le fondateur de l'anatomie intégrale, le Dr Gil Hedley, parle du fascia comme d'un organe endocrinien du corps entier. Par exemple, le fascia joue un rôle clé dans la transmission des hormones (adrénaline, œstrogène, insuline, hormones thyroïdiennes, ocytocine) et des neurotransmetteurs (sérotonine, dopamine, GABA, acétylcholine) dans l'ensemble du corps. Nous constatons donc que le fascia est également profondément lié au système nerveux. En outre, le fascia joue un rôle clé dans le système immunitaire.

Le manque de mouvement, le stress émotionnel, les blessures physiques et les traumatismes historiques peuvent entraîner l'adhésion ou le durcissement du fascia. Une petite partie de ce durcissement du fascia se produit chaque nuit lorsque nous dormons. Le Dr Hedley appelle cela le "duvet" qui s'accumule entre les couches de fascia. Au fil du temps, ce duvet peut s'accumuler et est associé à des cycles vicieux de douleur chronique, d'inflammation systémique, d'intolérance à l'histamine, de fibromyalgie et de syndrome de fatigue chronique (encéphalomyélite myalgique). La bonne nouvelle, c'est que le mouvement conscient, la respiration profonde et le massage aident à faire fondre le duvet et à réhydrater votre fascia (défilez au bas de cet article pour une pratique vidéo).

 

Le fascia et le nerf vague

Le nerf vague joue un rôle clé dans la communication des modifications du fascia au cerveau. On peut considérer le nerf vague comme une autoroute d'information bidirectionnelle entre le cerveau et le corps qui aide à réguler le système nerveux autonome. Les événements stressants sollicitent le système nerveux sympathique par le biais de la réaction de lutte ou de fuite. Le système nerveux sympathique est comme une pédale d'accélérateur qui vous fait accélérer et le nerf vague fournit un "frein vagal" qui vous ralentit. Lorsqu'il est pleinement engagé, le nerf vague vous permet de renoncer à la lutte ou à la fuite afin de vous reposer, de digérer et de nouer des liens avec d'autres personnes en période de sécurité. Cependant, dans des situations traumatisantes ou mettant la vie en danger, ce frein vagal peut se déclencher de manière abrupte et vous arrêter net. C'est ce qu'on appelle la syncope vaso-vagale, qui peut entraîner des nausées, des vertiges ou des évanouissements.

 

Le nerf vague joue également un rôle clé dans la santé de votre système digestif, car il innerve (s'étend dans) l'estomac, la rate, le foie, les intestins et le côlon dans le cadre de l'axe intestin-cerveau. L'intestin a été appelé notre deuxième cerveau ou cerveau "entérique", en partie parce qu'il est capable de produire les mêmes neurotransmetteurs que ceux que l'on trouve dans le cerveau. Ces substances neurochimiques sont communiquées entre notre système digestif et le tronc cérébral par l'intermédiaire du nerf vague. Cependant, le fascia joue un rôle clé dans la qualité de cette communication.

On peut considérer le fascia comme le plus grand organe sensoriel de notre corps, puisqu'il abrite 250 millions de terminaisons nerveuses. Ce qui est fascinant, c'est qu'il y a trois fois plus de neurones sensoriels que de neurones moteurs ; le fascia a donc pour rôle principal de communiquer au cerveau des informations sur ce qui se passe dans le corps. Les tissus du fascia sont censés se dilater et se contracter. Cependant, lorsque nous avons subi une blessure physique ou un traumatisme émotionnel, nous avons tendance à entrer en état de choc, ce qui limite les mouvements pour assurer notre survie. En d'autres termes, nous nous figeons (immobilité tonique) ou nous nous évanouissons (immobilité effondrée). Si cette réponse au traumatisme ne se résorbe pas, nous pouvons nous sentir bloqués par un excès ou un manque de tonus dans le corps. Nous perdons notre capacité à nous dilater et à nous contracter de manière rythmique. Les traumatismes non résolus ont des conséquences sur notre santé émotionnelle et physique. Non seulement le duvet fascial peut s'accumuler, mais en l'absence de mouvement, nous avons tendance à perdre le contact avec nos sensations corporelles. Nous sommes plus susceptibles de nous sentir déconnectés, voire dissociés. La guérison physique et émotionnelle passe donc par le rétablissement de la relation avec le corps. Cependant, en cas de douleur chronique ou de maladie, il est souvent difficile de se reconnecter à son corps.

Vous pouvez avoir l'impression que votre corps vous a trahi ou que votre maladie a été une source de traumatisme en soi. Ou encore, la reconnexion aux sensations peut vous effrayer parce que vous êtes plus susceptible d'éprouver des émotions douloureuses ou des souvenirs traumatisants. L'essentiel est donc de progresser lentement sur la voie de l'incarnation. Le fascia et le nerf vague détiennent les clés pour y parvenir en toute sécurité.


Neuroception

Le Dr Stephen Porges, concepteur de la théorie polyvagale, a inventé le terme de neuroception pour refléter le processus par lequel le système nerveux autonome recherche des indices de menace internes et externes et y réagit. Ce processus se produit automatiquement (sans conscience), ce qui entraîne une hypervigilance chronique ou une grande sensibilité au stress. Cependant, vous pouvez également pratiquer la neuroception consciente en observant votre corps à la recherche de signaux qui vous renseignent sur l'état de votre système nerveux. En observant votre corps, vous pouvez déterminer si vous vous sentez calme et connecté, si vous êtes en état de lutte ou de fuite, si vous vous sentez gelé ou si vous vous sentez fermé et effondré.

 

Les signes indiquant que votre corps est en train de réagir à une menace sont les suivants :

 

·       troubles digestifs (ballonnements, reflux acide, syndrome de l'intestin irritable)

·       augmentation de la tension musculaire (en particulier dans le diaphragme, la cage thoracique, la poitrine ou le psoas)

·       perte de tonus postural ou sensation d'effondrement

·       changements dans la façon dont vous respirez (rapide, superficielle, retenue)

·       sensation de sursaut, d'agitation, de bougeotte

·       immobilité excessive ou sentiment d'être "gelé


La connaissance de votre corps et de votre esprit vous permet d'adopter des stratégies qui vous amènent dans une zone optimale de régulation du système nerveux. Par exemple, si vous vous sentez terne, engourdi ou effondré, vous avez peut-être besoin de réguler votre système nerveux. Vous pouvez le faire avec des pratiques de mouvement et de respiration qui font appel à des stratégies de mobilisation pour sortir des réactions chroniques de gel ou d'évanouissement. Vous pouvez également explorer ce que vous ressentez en vous mettant à l'écoute des signaux de sécurité qui vous permettent de vous reposer dans l'immobilité et d'initier une "réponse de relaxation". Soyez patient, il faut souvent plus de temps pour retrouver un calme sain.

Comment savoir si vous vous trouvez dans la "zone optimale" de régulation du système nerveux ? Je propose les 8 points suivants comme indices que vous êtes dans la zone. Pour ceux d'entre vous qui connaissent les Systèmes Familiaux Internes, être dans la zone, c'est l'énergie du "Soi".


Vous savez que vous êtes dans la zone lorsque vous vous sentez :

·       votre corps et votre esprit sont calmes

·       Connecté à vous-même et aux autres

·       un sentiment accru de clarté

·       Compatissant envers vous-même et les autres

·       Créatif et enjoué

·       Courageux et autonome

·       Curieux de votre expérience intérieure et de vos besoins

·       et confiant dans sa capacité à agir de manière signifiant.

 

L'incarnation, le fascia et le nerf vague

L'incarnation est la prise de conscience de la sensation de soi. Vous pouvez réveiller les connexions entre le fascia et le nerf vague en respirant profondément ou en étirant votre corps. Cela vous aide à prendre conscience de vos sensations et vous commencerez à remarquer les changements qui se produisent dans vos muscles, vos organes ou votre rythme cardiaque. C'est en prenant conscience des changements interceptifs que nous réveillons notre sens interne du soi.

Ainsi, si vous vous êtes réveillé avec un mal de cou, vous pouvez explorer vos sensations pour comprendre pourquoi vous vous sentez ainsi. Par exemple, vous pourriez commencer à remarquer que la sensation de tension dans votre cou correspond à une sensation de tension dans votre gorge, dans votre poitrine ou dans votre ventre. Vous pouvez aussi commencer à ressentir des émotions de tristesse, de colère ou de peur.

La tension physique dans les muscles et le tissu conjonctif est une couche protectrice que nous appelons "blindage" en psychologie somatique. Elle est conservée comme une forme de mémoire et ne se relâchera pas tant que vous ne saurez pas que vous êtes en sécurité. C'est pourquoi nous ne pouvons pas nous imposer un changement. Cela risque de provoquer un effet "élastique" dans lequel vous vous étirez trop, ce qui conduit à une contraction supplémentaire. Par conséquent, je vous invite à considérer la pratique de l'incarnation comme une conversation avec votre corps. Vous écoutez vos sensations et y répondez par des mouvements. Ensuite, vous demandez à votre corps : "Est-ce que j'ai bien fait ?". Écoutez le retour d'information sous forme de sensations. Le mouvement et la respiration doivent être suffisamment agréables et, bien que vous puissiez ressentir un certain inconfort, vous vous trouvez toujours dans la zone optimale de régulation du système nerveux.

Remarquez si vous avez tendance à être agressif avec vous-même. Si vous ressentez une sensation de "blocage", posez doucement votre attention à cet endroit. Demandez à cette partie de votre corps ce qu'elle attend de vous. Voyez si vous pouvez vous adoucir et répondre avec vos 8 points. Comment la curiosité peut-elle vous aider? Pouvez-vous faire preuve d'autocompassion? Peut-être que des mouvements créatifs et ludiques, tels qu'un doux balancement ou un fredonnement, créent un plus grand sentiment de calme ou de connexion avec vous-même.

 

Une pratique pour le fascia et le nerf vague

Si vous le souhaitez, essayez cette courte pratique pour le fascia et le nerf vague. Cette pratique vous invite à explorer une relation avec votre corps en sentant, en bougeant, en respirant et en roulant pour relâcher les tensions dans le diaphragme, la poitrine, la cage thoracique et le sacrum. Le relâchement des tensions dans ces zones ne favorise pas seulement la digestion, mais éveille votre système sensori-moteur, ce qui favorise une plus grande intégrité de la régulation du tronc cérébral.

 

Comme pour toutes les pratiques, nous avons tendance à tirer profit de leur répétition régulière. Avec le temps, vous pouvez constituer un réservoir d'intelligence somatique qui favorise une connexion accrue avec votre moi.

 

(video en anglais):

 

 

À propos du Dr Arielle Schwartz

 


Arielle Schwartz, PhD, est une psychologue, une enseignante de renommée internationale, une instructrice de yoga et une voix de premier plan dans la guérison du SSPT et des traumatismes complexes. Elle est l'auteur de cinq livres, dont The Complex PTSD Workbook, EMDR Therapy and Somatic Psychology et The Post Traumatic Growth Guidebook. Le Dr Schwartz est un enseignant accompli qui guide les thérapeutes dans l'application de l'EMDR, de la psychologie somatique, de la thérapie par le travail partiel et des interventions basées sur la pleine conscience pour le traitement des traumatismes et du SSPT complexe. Elle a une compréhension profonde, de la passion, de la gentillesse, de la compassion, de la joie et une façon succincte de parler de sujets très complexes. Elle est la fondatrice du Center for Resilience Informed Therapy à Boulder, Colorado, où elle exploite un cabinet privé proposant des services de psychothérapie, de supervision et de consultation. Le Dr Schwartz estime que le cheminement vers la guérison d'un traumatisme est un éveil du cœur spirituel.


L'article de source en anglais:


36 vues0 commentaire

Comments


bottom of page