top of page

Addiction à l'amour : sur le manque de séparation dans les relations

Dernière mise à jour : 10 mai

Article de Roi Tzur -Travailleur social clinicien et Psychothérapeute, écrivain et conférencier.

Traduction depuis l’hébreu - Yael E Kerpel


La codépendance, ou la dépendance excessive, est la tentative désespérée de réguler les émotions et de soulager la douleur, en particulier autour de la valeur personnelle, à travers une autre personne perçue comme parfaite. L'acceptation, l'attention et la validation de cette personne servent d'agents apaisants pour une âme fragile qui ne peut se réguler seule. Dans les cas extrêmes, cela ressemble à une véritable dépendance à une autre personne, similaire au processus de dépendance à d'autres substances apaisantes. Cependant, comme pour toute dépendance, cela commence par un sentiment d'euphorie, mais se termine par un épuisement émotionnel, car l'autre personne est incapable ou refuse de répondre à l'amour. La dépendance malsaine à une autre personne peut être caractérisée, contrairement à l'interdépendance naturelle, par trois caractéristiques principales : l'idéalisation, des attentes irréalistes et l'absence de limites. L'idéalisation est le processus de transformer l'autre en une sorte de "pouvoir suprême" pour nous en raison d'une faible estime de soi. Les attentes irréalistes pour un flux constant d'amour et d'attention découlent d'un sentiment de vide, tandis que l'absence de limites et le désir de fusion résultent d'un manque d'intégrité et de séparation. Penchons-nous sur chacun d'eux.

 

Lorsque nous nous engageons dans l'idéalisation, nous élevons l'autre sur un piédestal fictif et ressentons qu'il a un attrait irrésistible auquel nous ne pouvons pas résister, et en sa présence, nous nous sentons plus complets, dignes, beaux ou réussis. Nous investissons beaucoup d'énergie dans le système relationnel et attendons en retour un amour inconditionnel, ainsi qu'un soin constant, un soutien et du temps partagé. Le deuxième aspect, les attentes élevées, est le désir de recevoir un amour inconditionnel et illimité pour combler notre propre sentiment de vide. En tenant fermement la croyance cachée que quelqu'un d'autre peut prendre soin de nous, nous apprécier et nous rendre complets et heureux d'une manière que nous n'avons jamais connue auparavant, nous attendons qu'il compense l'amour qui nous a manqué dans l'enfance. C'est le même amour primal qui faisait défaut et dont le rôle était de transmettre le message "Tu es important, tu es digne et tu comptes", et d'aider à construire l'estime de soi. La troisième caractéristique est l'absence de limites saines. Fantasmer sur une fusion romantique sans limites avec une personne parfaite peut hanter un individu tout au long de sa vie. Les femmes peuvent rêver d'un chevalier sur un cheval blanc, tandis que les hommes peuvent fantasmer sur une femme maternelle et attentionnée. Même si l'idée est soutenue par les romances hollywoodiennes, les relations basées sur une haute intensité, des représentations irréalistes de l'autre et des attentes irréalistes ne sont pas saines. Ainsi, malgré les apparences, les Co-dépendants ne cherchent pas réellement une intimité saine, dont ils reculent, mais plutôt une proximité ou une fusion sans limites qui étouffe l'autre. Leurs limites interpersonnelles vacillent sous la croyance que c'est ainsi qu'une relation intime fonctionne, mais en réalité, une relation étroite ne peut pas exister sans limites saines et un sentiment sain d’individuation. Les limites nous protègent de l'autre et protègent l'autre de nous, nous aidant à maintenir un sentiment stable de soi tout en étant attentifs aux besoins et aux désirs des deux parties.

La dépendance excessive se développe souvent à la suite d'une relation peu saine dans l'enfance. Lorsque la relation parent-enfant ne répond pas aux besoins émotionnels de l'enfant, comme dans le cas de parents narcissiques où les besoins des parents, et non ceux de l'enfant, sont au centre, l'enfant peut développer des sentiments de honte pour ne pas être à la hauteur, de culpabilité et de ne pas fournir ce qui est attendu de lui. Ainsi, il grandit avec le sentiment de ne pas être digne ou suffisant pour ses parents. L'envie inconsciente de fusion, associée à l'attente d'une attention positive de l'autre, sont des tentatives inconscientes de soulager une sensation de rejet douloureuse qui a en fait déjà eu lieu dans l'enfance. Les personnes souffrant de dépendance excessive portent avec elles une douleur et un vide qui n'ont pas été guéris depuis l'enfance, et le sentiment qu'ils ne seront jamais complets et sûrs sans que quelqu'un les tienne. Cependant, la peur de l'abandon profond révèle toujours des expériences d'enfance non résolues, car dans le monde adulte, nous sommes censés apprendre à accepter le rejet. En fait, seuls les enfants sont abandonnés, les adultes sont plutôt rejetés de temps en temps et continuent leur vie. Les personnes souffrant de dépendance chercheront dans leur vie adulte une relation qui apaisera et calmera les sentiments et émotions douloureux qui les accompagnent toute leur vie, tels que la colère pour des besoins non comblés, la douleur résultant du vide, le sentiment de faible estime de soi, et surtout la peur profonde de ne pas être dignes d'amour. En raison de ces croyances, ils pensent que s'ils ne se rapprochent pas suffisamment, voire ne fusionnent pas, avec l'autre, ils ne se sentiront pas aimés ou désirés.

 

Ainsi, les deux principales peurs dans les relations - l'abandon et l'intimité - posent un dilemme complexe pour les dépendants. Ils aspirent à l'intimité mais ne sont pas réellement capables de la supporter car ils ne se sentent pas dignes. Par conséquent, ils ont tendance à choisir une personne qui ne peut ou ne veut pas se livrer à eux en retour. Il est beaucoup plus sûr pour eux de poursuivre quelqu'un qui ne se livre pas facilement que d'être intime avec une barrière. Lorsqu'ils sont confrontés à une intimité saine, ils se sentent mal à l'aise et créent une distance renouvelée de différentes manières. Beaucoup de dépendants se disent qu'ils savent prendre soin d'eux-mêmes lorsqu'ils ne sont pas dans des relations romantiques, qu'ils peuvent gérer leurs émotions, exprimer leurs besoins librement et vivre une vie équilibrée. Cependant, lorsqu'ils entrent dans une relation romantique, ils ont tendance à perdre leur équilibre émotionnel et à se retrouver absorbés dans la relation. Leur estime de soi vacille, parfois jusqu'à l'abandon, et ils ont du mal à se faire confiance et à faire confiance à leurs sentiments. Leur peur de l'abandon les pousse à une approche excessive, et la peur de l'intimité les pousse à saboter la relation de différentes manières, revenant encore et encore dans un cycle de douleur difficile à briser.

 

Dans une tentative de raviver la fantaisie de l'enfance perdue de sauvetage et d'amour sans limites ni conditions, ils sont attirés par l'apparence extérieure du pouvoir séduisant de l'autre, qui se manifeste par exemple par la beauté, la sagesse, la force, ou toute autre chose qui leur semble manquer dans leur propre intériorité. Cela commence par un amour passionné "sans souffle", accompagné d'un sentiment d'euphorie intense et d'un sentiment de "retour à la maison", mais en réalité l'euphorie ne découle pas de l'autre, qu'ils voient et connaissent partiellement et superficiellement, mais à la suite de la fantaisie qui est activée avec force, transformant l'autre en acteur dans le théâtre de leur propre psyché. À ce moment-là, ils s'immergent dans des fantasmes d'un amour de toute une vie caractérisée par une connexion émotionnelle profonde, une intimité et une sexualité fantastique, qui ensemble apaiseront les sentiments de solitude et de vide. Cependant, les fantasmes romantiques puissants ne font que renforcer la dépendance excessive à l'autre, le transformant instantanément en la solution ultime pour un sentiment intérieur manquant et douloureux qui les accompagne depuis des années, et pour des besoins énormes et non satisfaits de contact et d'amour. Avec le temps, l'aspiration à la fusion et à une connexion totale qui comblerait les lacunes en amour-propre, éloigne l'autre, ou le pousse à se cacher derrière des murs et diverses retenues en raison de la pression impossible exercée sur lui. L'autre se retire, devient inaccessible, distant, trop occupé par des choses excitantes en dehors de la relation, ou simplement essaie d'étouffer l'enthousiasme de l'autre, car lui aussi ne se sent pas digne. Lorsque le fantasme romantique éclate et que l'autre décevant prend la place du parent abandonné dans le théâtre de la psyché, l'anxiété d'abandon accompagnée d'une douleur insupportable remplit et active automatiquement des mécanismes de défense de l'enfance tels que la retraite ou la colère, la jalousie, la critique intense et les pensées obsessionnelles. Alors que chaque action de l'autre était initialement vécue positivement comme un "pouvoir supérieur", maintenant tout ce qu'il fait est perçu négativement, comme un échec personnel. Les tentatives de ramener l'autre à la case départ deviennent vaines, parfois il part, et même s'il reste dans la relation, sa présence est froide et distante. Si les tentatives de ramener l'autre dans la case départ réussissent, ou si une nouvelle dynamique relationnelle commence, les plaintes et la dépendance mèneront à un retour du cercle de toute façon.

 

Le chemin vers la guérison de la dépendance ou du "codépendance" passe par la cessation du déni, la prise de conscience correcte de la tendance à la dépendance et le développement d'une image de soi positive et intégrée. Le dénominateur commun de notre échec dans les relations est nous-mêmes, donc plus nous examinons les répercussions de notre comportement sur les relations romantiques, mieux c'est pour nous. Il est important que les personnes souffrant de dépendance ou de fixation envers une autre personne comprenne que tant qu'elles agissent envers les autres de manière immature, exigeante et irrationnelle, elles ne peuvent pas attendre d'être aimées et acceptées par eux, surtout lorsque leur comportement est agressif (critique, persécution, blâme, etc.). Il est très difficile de vivre avec quelqu'un dont le focus est sur les endroits où les autres déçoivent, ne répondent pas exactement à leurs besoins, encore moins quand ils ne répondent pas suffisamment aux endroits où d'autres leur offrent précisément de l'affection et de l'amour. Aspirer à fusionner avec l'autre et à demander qu'il prenne soin de vous comme un parent absent est une sorte de maltraitance émotionnelle. Personne ne peut remplir exactement vos exigences pour être aimé et proche de vous, et à l'intensité et au rythme que vous attendez.

 

Ainsi, commencez à remarquer comment vous attribuez une valeur excessive à l'autre et une faible estime de vous-même, et en conséquence, lui consacrez un temps, une attention et une énergie trop importants qui parfois le repoussent. Remarquez comment vous augmentez les attentes en matière de réception d'affection positive et inconditionnelle, comme si quelque chose de magique dans l'autre guérirait une blessure profonde dans votre cœur. Faites également attention si vous développez une fantaisie de sauvetage envers lui ou, inversement, attendez qu'il vous sauve, ou si l'intensité de la relation vous fait oublier qui vous êtes en brouillant les frontières entre vous. Méfiez-vous de l'amour intense et obsessionnel dès le premier regard, il peut facilement être un témoignage d'une dépendance dès le premier regard. Oui, c'est un processus difficile et cela causera certainement beaucoup de douleur, mais rappelez-vous que la douleur n'est pas votre ennemie, la peur de passer à travers elle sur le chemin de la guérison l'est. Bonne chance.



8 vues0 commentaire

Comments


bottom of page